Loin des yeux, près du coeur | Chapitre 2

enveloppe-rouge.PNG

Chapitre 2

 

26 Octobre 2018.

Il était une heure du matin quand le capitaine Shiva appela Morgane pour lui annoncer la nouvelle. Elle ne dormait pas encore lorsque le téléphone s’alluma. Elle attendait que son mari rentre de déplacement. Chaque fin de mois depuis un an, Louis se rendait à Marseille pour travailler sur un dossier important. Quand elle vit son téléphone s’allumer, elle pensa que son mari l’appelait pour lui dire qu’il serait bientôt de retour. Mais, quand elle décrocha c’est un tout autre scénario qui se dessina.

« Madame Mancini, je suis le Capitaine Shiva, je suis navré de vous contacter à cette heure tardive. Pouvez-vous venir au commissariat de Marne-la-Vallée, nous avons quelques questions à vous poser, c’est à propos de votre mari. »

Morgane avait réveillé les filles, elles dormaient paisiblement sur le canapé du salon. Chaque mois, elles avaient le droit de veiller jusqu’au retour de leur père. Ce soir-là, l’attente fut un peu plus longue que les autres jours, le train avait été retardé à Marseille pour cause de vents violents. Quand elles ouvrirent enfin les yeux, les deux petites cherchaient du regard la présence de leur père. Il n’en fut rien, celui-ci n’était pas là et les deux enfants ne comprenaient pas ce qu’il se passait.

Une fois les blousons des filles enfilés et celles-ci bien attachées dans la voiture, Morgane démarra en 4ème vitesse. Elle les déposerait chez sa mère, elle habitait sur le chemin menant au nord-est de la région Île de France.

Morgane arriva au commissariat aux alentours de 2h du matin, celui-ci était vide et l’ambiance glaciale. Les deux policiers derrière le comptoir s’arrêtèrent de parler et regardèrent la veuve avec empathie. A cet instant, elle ne savait pas encore qu’elle l’était. Elle avança vers les policiers et demanda à parler au Commandant Shiva, celui-ci sorti par porte cachée dans la seconde suivante.

– Madame Mancini, veuillez me suivre s’il vous plait. Voulez-vous un café ?

Morgane suivi le commandant dans son bureau une tasse de café tiède à la main. Elle pensa que la décoration du lieu était correcte, mais que la petitesse de la pièce contrastait avec ses meubles imposants. La phrase du commandant l’extirpa de ses pensées.

– Madame, votre mari, Monsieur Louis Mancini a été assassiné […]

« Assassiné » pensa-t-elle sans écouter la fin de la phrase du policier, elle se répéta le mot plusieurs fois, « assassiné ». Elle mit plusieurs minutes avant de réaliser ce que lui avait appris le commandant Shiva. Elle le regarda et se demanda comment un flic pouvait lui annoncer si durement la mort de son mari.

-Madame Mancini, vous comprendrez qu’on a besoin de votre aide afin de résoudre cette affaire. Votre mari était quelqu’un de bien, soyez en sûr. Sa collaboration avec la police de Marseille et de Paris nous était d’une grande aide dans plusieurs dossiers.

Morgane s’était contentée de répondre au capitaine Shiva qu’elle n’avait pas besoin de la compassion des flics et que s’il était mort c’était entièrement leur faute. Elle n’avait jamais accepté que son mari change de voie. Il avait quitté son poste de chargé de travaux dans le secteur de l’industrie pour devenir détective privé, un choix qu’elle n’avait jamais réussi à comprendre.

Après une heure de conversation entre les deux interlocuteurs, ils s’étaient entendus pour ne parler a personne de cet « incident » – selon les termes du capitaine – tant qu’aucun indice ne permettant de faire avancer l’enquête ne soit trouvé. Morgane avait acquiescé et était repartie, avec le cœur vide et les yeux noyés de larmes.

Sur la route du retour, la jeune veuve pensait à ses filles, elle ne savait pas comment leur annoncer la nouvelle. Elle même avait déjà du mal à y croire et à l’accepter. Il était 3h30 du matin, elle était sur la route pour aller chez sa mère, pensant à la façon dont elle dirait à Charline et Anaïs que leur papa était parti au ciel, à comment organiser l’enterrement mais, surtout, à comment elles feraient pour vivre sans lui, l’homme de sa vie. Seule dans ses pensées, elle repensait aux moments passés à deux, à la façon dont elle lui avait annoncé sa première grossesse, puis sa seconde et tous les moments en famille venus après. Plus jamais il n’y aurait de moment à quatre, jamais plus elle ne verrait le sourire de Louis jouant avec leurs filles. Elle allait devoir apprendre à vivre sans ces instants de bonheur, sans son âme sœur.

 

À SUIVRE…

 

Avez-vous apprécié cette histoire ?

Donnez une note ci-dessous !

Moyenne de notes / 5. Nombre de votants :

Une pensée sur “Loin des yeux, près du coeur | Chapitre 2

  • 8 juin 2019 à 19 h 21 min
    Permalink

    Jolie plume 🙂
    Hâte de lire la suite !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *