Mission accomplie

star_wars_lothan_1.png

Dans un fracas tonitruant, l’AT-TE explosa, envoyant clones et débris valser dans tous les sens. Profitant du désarroi de leurs adversaires, les droïdes de combats avancèrent et firent feu sur toutes les cibles mouvantes identifiées comme « ennemies/hostiles ».

Mais dans les hauteurs, les snipers de la République n’avaient pas été touché par l’explosion, et même l’épaisse fumée qui se dégageait de la carcasse n’était pas un obstacle suffisant face à leur détermination. Les clones d’élite du capitaine Tanter tirèrent au coup par coup, forçant le détachement droïde à ralentir son avancée.

« Soldats ! appela le commandant Kyx dans le micro de son casque. Reprenez-vous et cherchez un couvert. Faites honneur à notre réputation ! ».

Les combattants aux armures décorées de bleu marine se relevèrent et gagnèrent des positions protégées, majoritairement des tas de ruines, nombreuses dans ce décor urbain. Kyx prit rapidement la mesure de la situation, et se précipita vers la ruine fumante qu’avait été l’AT-TE. Une fois blotti contre les restes du cockpit, il afficha la liste des membres de son contingent, et jura en mandalorien. Sur les trois cent clones qui composaient son détachement, plus d’un tiers avait mordu la poussière.

« Tanter, appela t-il par la liaison com. Comment ça se présente ?

-Ils sont extrêmement nombreux, commandant, répondit le tireur d’élite. Nous avons éliminé leurs machines d’artillerie mobiles, mais sans notre propre AT-TE, nous sommes privés de notre soutien le plus significatif.

-Notre mission était de stopper l’avancée séparatiste ici, grogna Kyx. Comment est-ce qu’on peut faire si…

-Mon commandant ! l’interrompit le sergent Tert. Nous venons de capter un appel de détresse à proximité !

-Comment ça ? De qui, et où ?

-Du sénateur Bail Organa, mon commandant ».

 

Sitôt que la flotte séparatiste était sortie de l’espace, l’état-major de la République avait supposé que leur cible prioritaire allait être le Chancelier Suprême ; malheureusement, l’emballement soudain de la guerre ces derniers mois avait laissé la capitale avec une protection minimale, les Jedi et leurs bataillons étant déployés à travers la galaxie. Certes, la garnison locale n’avait rien d’insignifiant, et bien qu’inexpérimentées, les troupes de Centax Un étaient relativement nombreuses ; il n’en restait pas moins que l’armada ennemie était titanesque, présentant une menace que nul n’avait pu anticiper.

Les rares Jedi présents au Temple s’étaient chargés de la sécurité du Chancelier, tandis que les soldats clones disponibles avaient été déployés aux alentours du Sénat. Des appels à l’aide avaient été émis en urgence, et l’armée du général Kenobi n’était plus qu’à quelques heures d’arriver en orbite. Mais l’arrivée tardive des éventuels renforts risquait de ne pas peser bien lourd dans la bataille en cours, avec des conséquences drastiques pour la République.

C’est ainsi que le commandant Kyx avait reçu la permission de l’état-major de mobiliser son semblant de bataillon, qui se constituait majoritairement de nouvelles recrues et d’une poignée de vétérans. Quittant leur garnison et équipés pour la guerre, le passé et le futur de la 501ème légion s’était donc mis en mouvement, bien décidé à s’opposer aux Séparatistes.

 

« A toutes les unités, ici Kyx. Vous me recevez ? ».

Divers voyants lumineux s’affichèrent sur l’écran tête du commandant clone. Celui-ci grimaça en constatant que de nombreux officiers étaient morts, puis repris :

« Nous avons reçu un appel de détresse du sénateur Organa. Je vais monter un commando pour le récupérer, mais la défense de ce secteur doit rester solide. Vin, moi, nos escouades respectives, en route pour sauver le sénateur. Le capitaine Tanter prend les commandes ici.

-Sauf votre respect, commandant, on ne pourra pas tenir bien longtemps, répondit Tanter sur le vox ».

Le tireur d’élite était invisible, niché quelque part en hauteur. Malgré l’utilisation du réseau de communication via son casque, il parlait à voix basse, habitué à se faire discret en attendant de délivrer le tir fatal. Il en allait de même avec les hommes qu’il commandait : un ton mesuré, jamais trop haut, pour délivrer des instructions précises, et un résultat sans appel.

« Reculez progressivement vers le carrefour de Bashaï, répondit Kyx en réfléchissant rapidement. Faites-leur payer chaque mètre de terrain, mais ne vous exposez pas trop. On reviendra en soutien après avoir sécurisé le sénateur ».

Une fois que tous les retours positifs lui furent parvenus, Kyx hocha la tête, puis fit signe à Vin et son escouade. Le groupe battit progressivement en retraite, et s’abrita à l’ombre d’un restaurant détruit. Seize combattants, pour une mission de secours dans un territoire hostile. Soupirant de résignation, Kyx se connecta au réseau transmis par Tert :

« Ici Kyx, matricule CC-4489, se présenta t-il. Sénateur Organa ?

-Oui, commandant, répondit la voix chaude du délégué d’Alderaan. Merci d’avoir répondu à notre appel.

-Sénateur, compte tenu de la situation actuelle sur Coruscant, nous allons devoir agir avec rapidité et efficacité. J’ai besoin que vous m’expliquiez clairement votre situation.

-Le commandant Raymus Antilles et moi sommes coincés dans l’épave d’une canonnière de combat, au niveau de la chaussée de Rancis. Les deux clones qui formaient mon escorte, ainsi que les pilotes, sont morts. Des débris nous empêchent de sortir ?

-Que faisiez-vous dans une canonnière ? s’étonna Kyx.

-Nous étions en route vers le Temple Jedi, où un conseil de guerre était organisé.

-Très bien, sénateur, on est en route. Nous allons nous connecter à la balise de votre…

-Commandant, je reçois une autre communication d’un clone ! s’exclama Organa. Il cherche à entrer en contact avec moi, mais la transmission n’est pas claire du tout.

-Vous avez son matricule ?

-Oui, je… attendez une seconde. Voilà. C’est CC-4477.

-CC-RR77, marmonna Vin en cherchant dans la base de données. Je l’ai ; commandant Thire, 65ème légion de sécurité planétaire. Ne bougez pas, sénateur, nous prenons contact avec lui et nous convergeons vers votre position ».

Kyx se releva, et fit signe à ses hommes de le suivre. Le groupe entama une petite course à travers les bâtiments en ruines, témoins collatéraux de la violence des combats menée en basse atmosphère. Le commandant clone se brancha sur la matrice de CC-447, puis dit :

« Commanda Thire ? Ici Kyx CC-4489, commandant auxiliaire de la 501ème légion.

-Commandant, reçu, ici Thire. Vous vous dirigez vers Organa ?

-Affirmatif, nous sommes deux escouades. Et vous ?

-Je suis seul, mon peloton a dû rester en couverture. Plusieurs formations ennemies nous poursuivaient, probablement pour atteindre le sénateur. Des Jedi m’ont redirigé vers lui pour une mission d’assistance, mais nos effectifs sont sévèrement étirés.

-Bien compris, commandant, fit Kyx. L’activité droïde risque de se préciser, nous arriverons au point d’urgence d’ici onze minutes.

-Sept pour moi. On se retrouve là-bas, commandant, terminé ».

Kyx coupa la communication, puis courut de plus belle. Son DC-15 bien en main, il sautait par-dessus les nombreux débris qui jonchaient son chemin, gardant un œil sur son radar et ses hommes. Soudain, après six minutes minutes de course, ils aperçurent au loin les sinistres formes d’un trio de droïdes-araignées.

« Fierfek ! jura Vin. On a rien d’assez puissant qui nous permette de nous occuper de ça ».

Kyx garda le silence, réfléchissant aux options qui s’offraient à lui. Ses hommes, en concentrant leur puissance de feu, pouvaient percer l’épais blindage d’un de ces droïdes, mais les deux autres n’allaient certainement pas rester les lasers ballants pendant ce temps-là. Après un court instant de réflexion, le commandant leva son poignet à sa bouche et dit :

« Ici CC-4489, vous me recevez ? QG, vous me recevez ?

-Ici le… Kam’en, répondit une voix à travers le brouillage. Je vous… mal…

-Ici le commandant Kyx, 501ème légion. J’ai besoin d’un appui aérien lourd immédiatement, en frappe éclair. Des droïdes-araignées m’empêchent de progresser.

-Com… défendre le Sénat. Pourquoi êtes-v…

-Kam’en, envoyez un putain de soutien ! s’énerva Kyx. Le sénateur Organa est en danger ! On va se faire tailler en… fierfek, ça a coupé !

-Mon commandant, ils avancent rapidement, notifia Vin en indiquant les droïdes-araignées d’un signe de tête. Nous devons agir rapidement si nous ne voulons pas qu’ils nous prennent à revers.

-Que nous arrivions avant ou après, on se fera découper par leurs lasers, répliqua Kyx d’un ton venimeux.

-Sauf si on les élimine maintenant, et rapidement, intervint Acia en fixant les engins de mort. Une bonne paire de grenade antichar, ça marche bien ».

Le commandant considéra l’option, ainsi le fait que la plupart des soldats avaient déjà utilisé leurs explosifs auparavant. Encore une fois, la soudaineté de l’assaut sur Coruscant montrait les limites de la logistique alliée.

« OK les garçons, on va la jouer agressif. Passez-moi toutes les grenades disponibles, réclama Kyx ».

Cinq explosifs étaient disponibles, ce qui serait à peine suffisant.

« On va se séparer pour maximiser les dégâts, et disperser leur attention. Acia, For’dan, vous venez avec moi. Vin, tu prends les autres et vous allez me mettre Organa en sécurité ».

Les clones hochèrent la tête, et ceux qui devaient s’occuper de la sécurité du sénateur partirent en petite foulée avant de disparaître au coin d’une rue. Kyx les regarda s’éloigner un moment, puis il distribua deux grenades à chacun de ses alliés, en gardant une seule pour lui-même.

« Les droïdes-araignées ne s’attendent pas à une attaque latérale, surtout d’un petit groupe tel que le nôtre. Je vois que ça soit rapide, c’est clair ?

-Oui, commandant.

-A vos ordres.

-Bien. On y va ».

 

Kyx cala son DC-15 dans son dos, puis il entama sa course. Il se saisit d’une grenade dont il enleva la bande protectrice, permettant ainsi une pleine adhésion sur la coque des droïdes.

« Soldats, pour la République ! cria Kyx ».

Le droïde le plus proche pivota en ouvra le feu, mais le commandant clone réussit à esquiver les tirs en lançant sa grenade. Celle-ci explosa, emportant avec elle le haut du droïde et perturbant gravement ses senseurs. Un genou à terre et la respiration régulière, Kyx épaule son arme avant de lâcher une rafale courte mais précise, qui fait exploser la machine.

Plusieurs débris acérés partirent dans sa direction, mais leur impact cinétique fut largement stoppé par la protection de son armure.

Le commandant se releva et examina la situation, satisfait de voir les deux autres droïdes réduits à des carcasses fumantes. Les félicitations qu’il s’apprêtait à prononcer moururent dans sa gorge lorsqu’un tir de laser sorti de nulle part fendit l’air, et priva Acia de sa tête. Un troisième droïde-araignée émergea d’une avenue adjacente, son canon facial faisant feu sans discontinuer.

For’dan et Kyx plongèrent à couvert, maudissant leur manque d’explosifs. Ils étaient piégés, et d’ici quelques minutes, leur adversaire les débusquerait avant de les tuer, tout simplement.

Soudain, un sifflement aigu retentit et un missile frappa le robot, le faisant exploser. Kyx se releva et regarda dans la rue opposée, d’où émergèrent quatre clones portant les couleurs de la 501ème. Le meneur, un lance-roquettes fumant à la main, avançait tête nue ; son visage sévère était barré par une large cicatrice pas totalement guérie, qui avait subtilement décalé l’assise des muscles. Il avait perpétuellement l’air en colère, mais ses talents de tireur d’élite ne semblaient pas en avoir été affectés.

« Ecata ! rugit Kyx en allant serrer son ami dans ses bras. Qu’est-ce tu fais ici ?

-Les gars et moi, on a vu que la situation a vite dégénéré, répondit le capitaine avec un air sombre. J’étais à l’hôpital militaire pour les séances de rééducation et, heureusement, on avait notre attirail sur nous.

-Vous êtes en état de combattre ? s’inquiéta For’dan.

-Ouais, grogna Ecata, et si j’en crois les rares bulletins de l’HoloNet, la situation nous laisse pas trop le choix. Heureusement qu’on a apporté du lourd, d’ailleurs.

-Effectivement, acquiesça Kyx. On risque d’avoir besoin de votre aide, mais ça va être intense. Le sénateur Bail Organa est coincé dans un vaisseau à quelques rues d’ici, et on s’attend à de la résistance. Quoiqu’il en soit, ça risque d’être musclé.

-Ke nu’jarkadir sha Mando’ade ! cracha Ecata à l’attention des carcasses de droïdes encore fumantes. Les Séparatistes ont eu tort de porter la guerre jusqu’ici, et on va leur prouver ».

 

La première chose qui les fit savoir qu’ils approchaient fut le bruit caractéristique émit par les fusils lasers lorsqu’ils tiraient depuis longtemps. La deuxième, et certainement la moins plaisante, fut la silhouette « mortellement mortelle », pour reprendre le terme de For’dan, d’un tri-droïde. Ces engins récents, construits par le Techno-Syndicat, étaient équipes de missiles capables de transpercer le plus solide des blindages ; de plus, leur canons lasers étaient d’un calibre quasiment équivalent à ceux des chasseurs spatiaux.

Le groupe mené par Kyx déboula sur la chaussée de Rancis, laquelle était coupée en son milieu par une gigantesque bâtiment qui s’était effondré sur le côté. Au milieu de la ruine se trouvait la forme plus ou moins reconnaissable d’une canonnière TIO/BA. Vin et ses hommes étaient blottis contre les ruines de la tour, ripostant occasionnellement aux tirs adverses. Dissimulé derrière l’aile tordue du vaisseau, un clone en armure aux marquages rouges répliquait du mieux qu’il le pouvait, faisant usage de son fusil au canon long pour maximiser les pertes adverses.

Imité par ses camarades, Kyx se précipita vers ses frères, tandis que le clone solitaire les rejoignait.

« Commandant Kyx, je présume ?

-Effectivement. Commandant Thire, c’est un plaisir de vous avoir à nos côtés. Désolé du contretemps. Nous avons été ralentis par un groupe de droïdes-araignées mais le capitaine Ecata, juste ici, est venu nous prêter main-forte.

-Etrange, nota Thire. On dirait que les Séparatistes sont au courant de la présence du sénateur Organa ici, or seuls les Jedi étaient au courant de son itinéraire.

-Le bureau du Chancelier Suprême aussi, intervint For’dan. La fuite aurait pu…

-Peu importe, coupa Kyx. Personne n’était là pour intercepter les forces ennemies ?

-Quelques pelotons de la 14ème légion, et des éléments lourds du 39ème bataillon de Centax, répondit Thire. Mais ils ont été rapidement balayés.

-Pas étonnant, commenta Vin d’un ton amer. Des amateurs, cette nouvelle génération. Du coup, qu’est-ce qu’il nous reste à affronter, commandant ?

-Une centaine de droïdes de combat, et quelques super-droïdes. La grande majorité de leur support d’artillerie a été détruite par les 14ème et 39ème, mais il reste encore ce tri-droïde. Même s’il à l’air de ne plus avoir de missiles, il reste dangereux.

-Renforts impossibles, je suppose ? questionna Ecata.

-Le QG est débordé, et les lignes com sont saturées, ou coupées, expliqua Kyx. Quant à la garnison de sécurité planétaire…

-Nous sommes aussi sur-mobilisés, répondit Thire. La protection du Chancelier et du Sénat est notre objectif primaire.

-On pourrait évacuer Organa jusqu’à une position sûre, en attendant que les choses sa calment, suggéra Ecata.

-Impossible, évalua Vin. Ils le prendraient pour cible avant qu’on ai pu faire trois pas, et dans les cas, la position tenue par Tanter risque d’être compromise. On doit partir du principe que tout le secteur est hostile.

-Alors on tient cet endroit, décida Kyx. Ecata, tu descends ce tri-droïde pendant qu’on canarde en continu. Vin, essaye de joindre le QG pour expliquer la situation, Kam’en doit absolument comprendre qu’on a besoin de renforts ici ».

Les clones hochèrent la tête, et rechargèrent leurs armes. Ecata enclencha une roquette dans son arme et, avec une agilité surprenante, se hissa sur les ruines du bâtiment. Faisant fi de la tempête de lasers autour de lui, il prit une seconde pour viser, et tira.

Le gigantesque tri-droïde explosa, projetant des débris destructeurs dans tous les sens. Sans prendre le temps de savourer son succès, Ecata cibla un droïde-araignée nain et le détruisit dans une boule de feu satisfaisante. Mais avant même qu’il ne put descendre de son perchoir, un tir de laser le frappa au niveau de l’épaulette gauche et le fit chuter. Kyx intervint juste à temps pour le rattraper, et demanda :

« Tu vas bien ?

-Mouais, mon épaule, c’est tout. Je pense… que ça va ».

Le commandant hocha la tête, et retourna à sa position. Se relevant, Ecata fit jouer son bras en grimaçant, constatant la douleur, mais aussi la paralysie. Un morceau de son épaulette, chauffé à blanc, s’était retourné et avait sectionné son deltoïde. Il ne pourrait pas utiliser de fusil laser avant une intense chirurgie qui, manifestement, ne risquait pas d’arriver de suite.

« Commandant ? appela t-il.

-Lequel ? interrogea Kyx d’un ton amusé.

-Peu importe. Même sans leur appui lourd, ils restent trop nombreux et finiront par nous déborder.

-C’est vrai, acquiesça Thire en continuant de tirer. Mais on ne peut pas faire grand-chose.

-Si, répliqua Ecata. Si on détourne leur attention, ça nous permettra d’en abattre un maximum en minimisant notre exposition, non ?

-Exact, mais il nous faudra… capitaine, qu’est-ce que vous faites ? ».

Ecata ne répondit pas et, de son bras valide, il se propulsa en l’air. Dégainant son pistolet blaster, il chargea au milieu des rangs ennemis, mitraillant à tout va.

« Un seul homme, mais l’homme qu’il faut ! rugit-il ».

Au bout de quelques secondes, un tir de super-droïde de combat le frappa en pleine poitrine, et le valeureux capitaine tournoya sur lui-même avant de s’effondrer.

Cependant, son sacrifice avait offert quelques précieuses secondes à la force d’intervention des clones, ces derniers pilonnant l’armée droïde sans répit.  De nombreux robots s’effondrèrent, réduits en pièce, mais le détachement séparatiste était encore bien trop important. Encore quelques minutes, et la position républicaine serait débordée.

Soudain, une silhouette bondit d’une ruelle latérale, effectuant un saut impossible pour un humain normalement constitué. L’homme atterrit au milieu des rangs ennemis, un sabre-laser à la main. La lame argentée bougeait trop vite pour qu’on pu la suivre, tranchant torses blindés et cous mécaniques comme du papier.

« Je le connais ! s’exclama For’dan. C’est Nejaa Halcyon ! ».

Le maître Jedi se déplaçait avec une célérité impressionnante parmi les droïdes, sa lame ardente triomphant des soldats de métal. Lorsqu’il se retrouva face à un droïde-araignée nain, un demi-sourire perça la masse broussailleuse de son barbe brune, puis il sauta sur le dôme métallique avant d’y enfoncer son sabre.

« Jedi, clones, chargez ! hurla t-il ».

De la sombre ruelle où Halcyon était venu émergèrent quatre Jedi, leurs sabre-lasers sortis et allumés. Ils chargèrent d’une manière désordonnée, leurs nattes de padawans flottant derrière eux. Vint ensuite un détachement d’une cinquantaine de clones, tous des soldats et quelques sous-officiers.

« 323ème légion, les identifia Thire, sa voix trahissant son sourire. Ont participé à deux grandes batailles majeures, rapatriés après le désastreux débarquement de Saleucami.

-Passionnant, répondit Kyx. 501ème, apportez votre soutien et votre expérience, feu à volonté sur l’ennemi. Commandant Thire, Vin, For’dan, Sev, avec moi ».

Les cinq clones commencèrent à dégager les débris qui recouvraient la canonnière, puis virent que la porte latérale droite était bloquée. Le mécanisme d’ouverture s’était grippé lors du crash, et empêchait tout délogement forcé.

« Fierfek, jura Vin.

-Y’a toujours une solution, répliqua For’dan ».

Il se saisit de son fusil laser, et ouvrit le feu. Les cris de surprise d’Antilles et Organa furent noyés sous le déluge de tirs. A bout portant, la salve libérait tout son potentiel destructeur, faisant apparaître un épais nuage de fumée.

Kyx et For’dan se saisirent de la portière incandescente, grognèrent et l’arrachèrent sans ménagement.

« Commandant, fit Organa avec un signe de tête. Merci beaucoup pour ce sauvetage improbable.

-Je n’ai fait que mon devoir, sénateur, remercia Kyx, appréciant néanmoins la gratitude de l’alderannien. Mais je pense qu’il vaudrait mieux vous mettre en sécurité au plus vite ».

Organa acquiesça, et émergea du véhicule. Si le sénateur semblait plus secoué que blessé, Antilles affichait une légère coupure sur le front.

« Eh ben, ça valait le coup, grogna une voix derrière eux ».

Le capitaine Ecata apparut, marchant d’un pas chancelant vers eux. Ses plaques d’armure pectorales avaient explosé, révélant un torse ensanglanté et meurtri. Sous la crasse et les lambeaux de chairs, on pouvait distinguer les vestiges des tatouages mandaloriens que le capitaine affectionnait tant.

« Comment… mais t’es vivant ! s’exclama For’dan.

-Effectivement, répondit Ecata, un faible sourire dessiné sur son visage pâle. Il en faut plus que quelques boîtes de conserve pour mettre à terre un capitaine de la 501ème. Une mission réussie de plus au compteur !

-Exact, acquiesça Kyx. Mission accomplie ».

Avez-vous apprécié cette histoire ?

Donnez une note ci-dessous !

Moyenne de notes / 5. Nombre de votants :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *